Non classé|

L’approche autoritaire des réseaux sociaux met-elle en danger notre liberté de pensée ?

Comme vous avez pu le lire ou le voir dans les médias, j’ai fait l’objet d’une attaque personnelle par le réseau social Twitter. Il me semble nécessaire de m’expliquer sur ces récents événements pour vous faire prendre la juste mesure de la menace qui pèse sur la souveraineté de notre opinion publique.

En effet, la plupart des géants d’internet Google, Facebook, Twitter, ont le pouvoir de dé-publier ou d’inversement promouvoir les contenus qui circulent sur leur plateforme dans la plus grande opacité quant aux règles de décisions appliquées.

Le 8 janvier 2021, le président des Etats-Unis qui était alors encore en exercice, Donald Trump, a vu son compte Twitter suspendu à vie. Bien que ne soutenant pas ses récentes actions et moins encore les propos offensants que M. Trump a pu adresser à notre pays par le passé, j’ai été choqué par l’ingérence et l’autoritarisme du secteur privé sur la sphère publique.

Si le doute persistait, il a été fait preuve cette fois-ci que les gouvernements sont devenus impuissants face aux intérêts privés des géants d’internet.

Dans ma volonté d’accuser cette censure, j’ai voulu personnifier cette atteinte à la libre pensée en changeant le nom de mon compte de Joachim Son-Forget en Donald Trump ainsi que ma photo.

La manipulation que j’ai sciemment opérée est totalement autorisée par les conditions générales d’utilisation du site, il n’y a donc en aucun cas eu d’usurpation d’identité répréhensible. Il va s’en dire que j’ai réalisé cette opération non pas dans un but de soutenir le président sortant mais bien pour illustrer la censure. Pourtant les réseaux sociaux ont un rôle de plus en plus prépondérant dans la radicalisation et le passage à l’acte de nombreux extrémistes.

Les vrais messages de haine ne sont quant à eux que trop peu ciblés par ce filtre sélectif.

A l’époque, Zola, par son fameux article « J’ accuse » avait permis de rétablir la vérité, la presse était bien au service des personnes et de la vérité et de la justice, ce qui n’est plus le cas à l’heure actuelle. Le J’accuse des temps modernes devrait porter sur les manipulations de la presse, sur l’hégémonie des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) et du cartel de l’information.

Nous sommes bien loin de l’article 10 de la Convention des Droits de l’Homme de 1950 « Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontière. Le présent article n’empêche pas les États de soumettre les entreprises de radiodiffusion, de cinéma ou de télévision à un régime d’autorisations ».

« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire »

Voltaire, Traité sur la tolérance, 1785

Nos sociétés contemporaines ont tenté de maintenir un cadre légal mais il est difficile de l’appliquer.

Un rapport parlementaire de 2019, Droits de l’Homme et démocratie à l’ère numérique, rappelait pourtant bien que “l’accélération de la circulation des informations à l’ère numérique, notamment du fait des réseaux sociaux, donne aux fausses informations et aux faits alternatifs une ampleur probablement inédite” et que certains courants extrémistes “peuvent également relayer des fake news, des points de vue « orientés » sur l’actualité ou plus généralement des actualités présentées avec un angle conspirationniste.”

Aujourd’hui, les citoyens passent plus de temps sur le territoire virtuel des GAFAM que dans la vie réelle. Le numérique est devenu une menace pour la démocratie et les droits de l’Homme.

Conclusion, Rapport parlementaire N° 2491

L’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’homme dispose : ” Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit ».

Les géant du numérique forment en effet un cartel de l’opinion publique, puisqu’ils organisent, en concertation, les normes de la bonne société.

Les plateformes permettent bien de publier des contenus et de ce fait se doivent de tenir une ligne éditoriale, il me semble inacceptable que tout discours soit autorisé parce qu’il n’enfreint pas de limites légales; une limite éthique et humaine doit être exigée.

Il existe de partout dans le monde occidental des lois qui ont pour but d’empêcher les conséquences nuisibles d’ordre économique ou social imputables aux cartels et aux autres restrictions à la concurrence économique. Ces mesures visent à promouvoir la concurrence dans l’intérêt d’une économie de marché fondée sur un régime libéral.

Je suggère qu’une approche similaire puisse s’appliquer à l’information – mettons en place un écosystème qui permette la libre mise en concurrence des plateformes d’informations afin de ne pas nous retrouver dépendants de quelques acteurs organisés en monopole.

Je demeure libéral et il n’est pas question pour moi d’envisager d’entraver la concurrence économique. Néanmoins, celle-ci doit intégrer des mesures de responsabilité sociale.

La France quant à elle doit pouvoir s’assurer un minimum indépendance numérique notamment en permettant une liberté de choix aux citoyens et en assurant l’hébergement de ses données.

Concernant la censure abusive, la réponse juridique s’impose.

Je conclurai cette tribune en vous livrant les dernières données du Human Freedom Index qui vous donneront matière à réfléchir à la question. Cet indice mesure la liberté des pays selon les trois axes libertés personnelles, libertés économiques et libertés humaines. Pour 2020 il classe les Etats-Unis en 17ème position et la Suisse en seconde position. La France se place en 33ème position mondiale de ce classement.

https://www.cato.org/sites/cato.org/files/2020-12/human-freedom-index-2020.pdf

Laisser un commentaire

Close Search Window