Non classé|

Novembre 2020

À la rentrée des vacances de la Toussaint, les établissements scolaires français de Suisse ont dû trouver des réponses à deux événements majeurs : le renforcement des mesures sanitaires liées à la pandémie et la thématisation de l’assassinat du professeur Samuel Paty.

Ils y ont fait face avec beaucoup de professionnalisme, d’empathie et de délicatesse. Ce mois-ci nous vous donnons des nouvelles des trois écoles françaises situées en Suisse alémanique : Bâle, Zurich et Berne. Dans le cadre de la protection contre la pandémie, ces écoles sont soumises aux mesures exigées par les autorités du canton dans lequel elles se trouvent.

École française de Bâle (EFDB)

Le programme « Covid » comprend le renforcement de la vigilance avec l’application systématique des gestes-barrières, une très stricte régulation des flux pour éviter que les élèves des classes différentes ne se croisent. Masques et / ou visières sont proposés aux élèves. De plus un protocole très strict de nettoyage des tables et chaises a été mis en place.
L’hommage à Samuel Paty rendu dans toutes les classes le jour de la rentrée, notamment par l’intervention personnelle de la directrice Madame Hugel, a été poursuivi tout au long de la semaine autour d’ateliers organisés par la professeure de philosophie Barbara Alster Hotton dans les différentes classes. Elle a salué la grande implication des enfants, ainsi que leurs réflexions différenciées qui ont mené à des axes de discussion très différents selon les classes.
Mesures de sécurité renforcées
Suite aux derniers événements, la sécurité a été renforcée au sein de l’établissement, notamment avec l’aide de la police bâloise. Un exercice incendie est prévu en novembre. Un exercice intrusion sera réalisé par la suite.

Lycée français de Zurich

Le renforcement des mesures sanitaires suit un protocole très strict. L’application systématique des gestes-barrières et la régulation des flux de personnes à l’intérieur de l’établissement a permis de limiter au maximum les risques liés à la pandémie. Le déploiement généralisé du numérique depuis plus de trois ans s’est révélé un atout précieux dans la mise en place du plan CALM, c’est-à-dire l’organisation de l’enseignement à distance au printemps lors du premier confinement. Ce programme a été adapté à la situation actuelle, où les cours ont lieu à la fois en présentiel et, pour les élèves contraints à rester chez eux, également en distanciel.
En hommage à Samuel Paty une minute de silence a été observée dans tout l’établissement le 2 novembre à 10h00. Auparavant, la “Lettre aux instituteurs et institutrices” de Jean Jaurès, parue le dimanche 15 janvier 1888 dans le journal La Dépêche, avait été lue aux élèves de chaque classe. Au cours de la semaine de la rentrée l’hommage s’est poursuivi en classe dans le cadre des cours. Dans le primaire les professeurs ont thématisé sens de l’école, dans le secondaire, la liberté d’expression et la laïcité.

Ecole française internationale de Berne (EFIB)

Les mesures de lutte contre la pandémie ont été renforcées depuis la rentrée des vacances de la Toussaint et comprennent, outre le port du masque obligatoire pour tout le personnel ainsi que pour les élèves à partir du collège, des régulations strictes pour éviter au maximum la circulation des personnes à l’intérieur de l’établissement. L’application des gestes-barrières, comme les lavages de mains très fréquents, est ritualisée et fait l’objet d’un travail pédagogique constant.
Hommage à Samuel Paty
Le lundi 2 novembre, L’EFIB s’est associée à l’hommage national à la mémoire de Samuel Paty : le sujet a été traité par les enseignants en classe, sous forme de discussions libres mais argumentées autour des mots-clés en fonction de l’âge des enfants. Une minute de silence a été observée dans les classes à 11h.

Nouvelles perspectives

Ma collaboratrice en Suisse a eu la possibilité de participer à l’Assemblée Générale extraordinaire consacrée au projet de relocalisation de l’école. Le nouvel emplacement proposé, proche du centre de Berne, présente beaucoup d’avantages, aussi bien du point de vue des infrastructures que de l’accessibilité. D’après l’assistance à maîtrise d’ouvrage, l’emménagement de l’école dans les nouveaux locaux est envisageable pour la rentrée 2021. Le projet, porté par le comité de gestion de l’école, a été approuvé à une très grande majorité par les sociétaires. Il permettra de donner à l’EFIB de nouvelles perspectives très avantageuses pour le développement et le rayonnement de l’école.

Laisser un commentaire

Close Search Window