Hémicycle|

27 Novembre 2020

Je vous invite à prendre connaissance de mes positions et à prendre soin de vous et de vos proches, mon propos n’étant pas de nier la situation sanitaire, mais au contraire de réagir de manière mesurée et sans panique, rationnellement.

Certaines mesures excessives chez des populations d’enfants ont ét proposées, tel que le port constant du masque à la maison recommandé par le Premier Ministre Castex. Je vous invite à ne pas suivre ces conseils, qui risqueraient de porter atteinte au développement du lien social chez vos enfants.

Je redoute les effets néfastes du port du masque sur la santé en général et sur le développement neurologique des plus jeunes en particulier.

Plusieurs pistes me font m’interroger sur le bien-fondé ou l’optimalité des conseils et règles prodiguées par le gouvernement. En tant que médecin et comme je l’ai souligné devant le Premier Ministre le 17 novembre dernier, je redoute les effets néfastes du port constant du masque sur le développement du lien social, neurologique et psychologique chez les plus jeunes en particulier.

Je dois rappeler la prise de conscience du gouvernement qui est revenu sur les dispositions concernant le port de masque lors des accouchements. A mon sens cette rectification sous couvert de précision a été très tardive (le communiqué commun du Ministre de la Santé O. Véran et de la ministre déléguée à l’égalité femmes-hommes E.Moreno paru le 9 Novembre dernier), le port du masque serait « souhaitable » mais non obligatoire dans ce cas précis.

Je pense également à nos anciens, pour lesquels ce dernier amplifie les déclins naturels liés à l’âge et accentue l’isolement. La réduction du champ visuel engendré par le port du masque augmente gravement le risque de chute, déjà élevé chez la personne agée (faites le test…) Certes nous ne pouvons pas mesurer pleinement par des études à grande échelle ces risques à l’heure actuelle mais le principe de précaution devrait s’appliquer. 

Concernant le port du masque chez les enfants, le principe de précaution devrait s’appliquer.

Vous l’aurez compris par mon scepticisme, je suis tout-à-fait contre le port constant du masque. Il n’est sans doute pas dénué d’intérêt pour la prévention de la projections de grosses gouttelettes, porteuses de virions plus que le sont les aérosols, à proximité d’un individu contagieux. Pensons intelligemment et adoptons nos gestes ou nos comportements en fonction de nos appréciations personnelles du risque et des connaissances à notre disposition.

Je vous invite, malgré la dissonance des avis parfois envoyés par les scientifiques, à faire vos recherches et à continuer de les remettre en question à la lumière de la littérature scientifique et auprès des spécialistes de l’hygiène au travail, pour ceux qui sont dotés d’un département HSE dans leur entreprise. Je continuerai à vous apporter des précisions de mon côté, de par mon expérience professionnelle sur ces sujets et de par les retours que je peux obtenir via ma participation active à la commission d’enquête sur le COVID19 à l’assemblée nationale.

Ainsi, je recommande un port dans les situations où les gestes barrière ne peuvent être respectés mais aucunement un port permanent et notamment pour les populations exposées aux risques précédemment cités. Je travaille actuellement sur une tribune avec le neurobiologiste américain renommé Mark Changizi à ce sujet.

One Reply to “Effets néfastes du port constant du masque et principe de précaution”

Laisser un commentaire

Close Search Window