Commission|

Mardi 17 octobre 2017

M. Joachim Son-Forget. Je tiens à vous remercier pour votre écoute et votre disponibilité, ainsi que celle de M. Jung, lorsque nous avons échangé, à la fin du mois de juillet, sur la question albanaise. Après le rendez-vous que vous aviez eu de votre côté, j’ai moi aussi rencontré le ministre des affaires étrangères et le ministre de l’intérieur albanais. On m’avait alors présenté le plan prévu entre les autorités françaises et albanaises. Deux questions étaient principalement traitées : l’utilisation du motif fallacieux de la vendetta pour prétendre à l’asile politique et l’abandon de mineur isolé à l’étranger. Les Albanais s’étaient engagés à mettre en place, via le système TIMS (total information management système), des mesures automatiques de contrôle des majeurs rentrant seuls sans le mineur avec lequel ils étaient accompagnés au départ et des mineurs qui dépassent les quatre-vingt-dix jours à distance du pays. Ce système automatique est-il en voie d’implémentation ? Les engagements sont-ils tenus ? Nous avions évoqué l’idée d’une mission sur place de l’OFPRA. Est-ce toujours d’actualité ?

Vous le savez, l’OFPRA a six mois pour statuer sur une demande d’asile. Ce délai est-il suffisamment court par rapport au benchmark européen pour éviter les effets de vases communicants ?

Monsieur Son-Forget, comme vous connaissez bien la réalité albanaise, vous savez que les discours peuvent être un peu tronqués. Des amis juges m’ont expliqué que, dans un premier temps, au vu de ce qu’on leur racontait sur les problèmes de vendetta, ils ont souvent accordé le droit d’asile. Mais après qu’on leur eut raconté la même histoire quarante-cinq fois, en changeant seulement les noms des villages et des personnes, ils ont compris qu’ils s’étaient fait avoir, et que c’était un discours tout prêt qui était récité ainsi. Je me rends, le 1er décembre, à Tirana*, pour dresser le bilan de ce que nous avons fait ensemble. Si cela vous intéresse toujours, vous pourrez y porter la parole de votre commission, si celle-ci vous mandate.

*date reportée pour l’instant, participation du député Son-Forget validée par la présidente de la commission des affaires étrangères.

Laisser un commentaire

Close Search Window